Les séminaires interdisciplinaires

Un social possible ?

L’homme planétaire, l’homme-corps

Séminaire de recherche
Sous la direction de Marie-Laure Dimon et Louis Moreau de Bellaing.

Le troisième lundi du mois d’octobre 2018 à juin 2019, de 20h30 à 22h30.

Email : m.l.dimon@cipa-association.org
Email : l.moreaudebellaing@gmail.com

Nous étudierons la mondialisation qui accompagne actuellement la globalisation capitaliste. Cette dernière contraint l’homme planétaire à un paradoxe de vivre en même temps l’individuation et l’uniformisation. Ce paradoxe met en mouvement le perçu et le ressenti contribuant ainsi à faire un homme-corps, « réceptacle de la société de consommation ». Nous interrogerons ce corps avec la notion « d’écart et d’entre » ouvrant sur l’hybridité qu’amène le transhumanisme ainsi que l’écoféminisme. Cette dernière pensée développe à travers le corps l’empathie dans un monde qui risquerait de se déshumaniser par les excès de la technicité. Se pose alors la question des choix de société en apportant au débat d’autres formes de créativité et de nouvelles utopies.

Nous étudierons les textes de : K. Aleksic, G. Delacour, A.-L. Gandon, Y. N. Harari, F. Jullien, B. Hours, M. Selim, F. Wolff, G. Zimra

Personnes concernées : psychanalystes, anthropologues, médecins et enseignants intéressés par l’articulation des champs individuel et social.

L’originaire dans le monde, amour/haine

Séminaire de recherche
Sous la direction d’Agnès Antoine et Marie-Laure Dimon.

Le quatrième jeudi du mois, d’octobre 2018 à juin 2019, de 20h30 à 22h30.

Email : agnes.antoine@ehess.fr
Email : m.l.dimon@cipa-association.org

Cette année, nous orienterons notre recherche sur la notion de l’originaire et ses traits d’amour et de haine dans leur aptitude à fonder la rencontre entre des trajets individuels et collectifs avec le monde. Ces affects seront envisagés à la limite du soma et de la vie psychique, nous interrogerons aussi leur mise en rapport avec le corps sensoriel, la figurabilité et la réflexivité. Ce monde de la sensorialité entre l’enfant et sa mère où se crée une sensation de continuité affective est source de l’amour humain ; mais aussi source de la haine originaire qui colore la relation de la psyché au monde et en premier au corps. Si la haine est nécessaire, il incombe au sujet d’en faire l’élaboration tout au long de la vie et ce, malgré les métamorphoses et les déplacements d’Eros. Il est aussi dans le destin de ces affects d’investir le groupe, le social et de passer du singulier au collectif par les signifiants, les mythes et les rêves pour tenter de dénouer l’énigmatique de la condition humaine.

Nous étudierons les textes de : P. Aulagnier, C. Blanchard-Laville, G. Haag, D. Houzel, S. de Mijolla Mellor, A. Millet, R. Samacher, S. Valentin, W. Reich

Personnes concernées : psychanalystes, psychologues cliniciens, psychanalystes de groupe et de couple.

Inscription annuelle : 50 € – Formation professionnelle : 100 € – Contacter l’organisateur